heart heart head ✝ migraine.
 
    
  
Les Briseurs de Silence
avatar
informations :
good child
▬ TRACE : cent
▬ ÂGE : cent ans et quelques
▬ PROTECTEUR : mnémosyne
▬ HÉRITAGE : amnésie
▬ LIENS : blasphemyfaith
ft. oli
ft. migraine
ft. anémone
ft. alphonse
▬ CRÉDIT : ⒸYAM
Bless Les Briseurs de Silence
 
24/4/2017, 21:40Voir le profil de l'utilisateur
 
((heart heart head)) ft. migraine // 374
i feel the air retreat i know you're here with me

un murmure ((un soupire)) au creux de ton oreille ((une faveur)) cette voix ((un supplice)) ses mots et tu ne dors plus sans pour autant savoir d'où te viennent ((ces cauchemars)) ou des visions car tu ne sais plus bless non ((as-tu seulement déjà su)) ça ronge tes veines écorche tes muscles liquéfie ton être et piétine ta raison tu penses
l e
voir dans les rues
l'entendre la nuit
((douce mélodie))
qui t'horrifie simplement - et tu ne comptes guère les lunes ((brisées)) passées au creux de tes draps les minutes écoulées en tremblements la respiration ((sifflante)) et le coeur battant mais pourtant déjà si ((mort)) les mains jointes l'esprit délié de toute sagesse quand tu n'es que terrible
p e u r
tu perds pieds ((tu te noies)) tu t'enfonces ((tu t'écoules)) te dissous sans même comprendre la source de ce désespoir grandissant
ce mal
qui détruit tout
oh bless bless bless
mais que fais-tu donc à errer ((tu ne sais pas)) tu ne veux pas non ((mais tes pieds)) conquièrent les terres les unes après les autres et l'air te semble plus lourd qu'il ne l'est ((tu étouffes)) tu te sens tout simplement ((crever)) tombant
à genoux
les mains à la gorge comme si ça aidait à faire circuler ton souffle saccadé
b l a s p h è m e
tu relèves les yeux, le regard qui vacille et l'air terriblement ((terrestre)) ça y est
te voilà folle
bonne à enfermer
pourtant tu le jures oui
ça fuse dans ta tête
b l a s p h è m e
un rire ((doux)) délicat ((sucré)) mielleux ((vivant)) heureux et et et
tu es sûre oui
de voir son visage en face du tiens
((battement de cils))
souffle coupé
((évaporé))
ton coeur se resserre et les tambours qui jouent dans ta tête s'aggravent ((tempo endiablé)) et tu tu tu tu
te terres
recroquevillant ta frêle silhouette sur le sol dans un sanglot de souffrance retenu par tes lèvres courageuses
b l a s p h è m e
oh s'il-vous-plaît
seigneurs
((libérez-la))
peu importe le moyen ou la raison que tout s'apaise
((que tout s'arrête))
détruisez-la.
 
Revenir en haut Aller en bas
      
Ceux qui défient les Dieux
avatar
informations :
crédit : kaylee davis
▬ TRACE : oubliée
▬ ÂGE : cent-huit ans
▬ PROTECTEUR : diyu
▬ HÉRITAGE : réminiscence _ elle n'existe que quand elle est là
▬ LIENS : début & fin

st jude astérion _ berceuse theo _ heart bless
▬ CRÉDIT : reine ♥
Migraine Ceux qui défient les Dieux
 
1/5/2017, 17:37Voir le profil de l'utilisateur
 
migraine se suffit à elle-même -c'est ce qu'elle a appris au cours de son siècle d'existence, au cours de ses pérégrinations, de ses aventures, de ses perditions. elle avance dans la foule, du mauvais côté de la rue, celle où les gens marchent en sens inverse. la plupart l'évitent. certains ne la voient même pas.
ce n'est pas grave.
migraine se suffit à elle-même -et elle se fige parfois, elle regarde, haut dans le ciel, les oiseaux qui s'échappent. elle se dit que tout le monde les ignorent aussi, et qu'ils ne s'en portent pas plus mal. elle a vu, migraine, ce que les hommes pouvaient faire. on n'observe jamais mieux que quand personne ne sait qu'on est là -c'est dans ces moments qu'on ose tout.
même prier.
quelle stupidité.
elle n'est pas museleuse par vocation, migraine. elle l'est pour s'occuper -pour ne pas trop s'ennuyer, pour ne pas trop mourir, pour ne pas trop s'immobiliser. elle change, migraine, au gré de ses envies, et si elle veut, elle n'est plus museleuse aujourd'hui ; elle le redeviendra demain.
elle s'avance et elle grimpe, ses pieds dans l'eau froide, les nénuphars qui la gênent parfois. elle s'assoit, et elle regarde -elle regarde toujours beaucoup, même quand elle parle, même quand elle danse, même quand elle n'est plus vraiment là. elle regarde et ah, qui voit-elle -une hirondelle. on dirait qu'elle annonce le printemps, avec la fraîcheur de sa peau, sa voix chantante, l'espoir dans ses ailes trop souvent cassées. elle la reconnaît au premier regard, pas besoin de plus -blasphème.
bonjour, petite. elle le lance de son perchoir, au-dessus de la jeune fille ; elle a toujours ses tâches de rousseurs presque brunes, son inégal carré de cheveux ébène, sa robe de corbeau. peut-être est-elle charognarde, aujourd'hui. à décortiquer les restes.
 
Revenir en haut Aller en bas
      
Les Briseurs de Silence
avatar
informations :
good child
▬ TRACE : cent
▬ ÂGE : cent ans et quelques
▬ PROTECTEUR : mnémosyne
▬ HÉRITAGE : amnésie
▬ LIENS : blasphemyfaith
ft. oli
ft. migraine
ft. anémone
ft. alphonse
▬ CRÉDIT : ⒸYAM
Bless Les Briseurs de Silence
 
13/5/2017, 15:32Voir le profil de l'utilisateur
 
((heart heart head)) ft. migraine // 474
i feel the air retreat i know you're here with me

insoutenable la douleur qui se veut si délicieuse et prenante irrémédiable quand elle s'enroule dans tout ton être, glisse ses ongles autour de ton estomac qu'elle caresse pour mieux l'oppresser ((le déchiqueter)) faire voler les confettis ((des restes de ton âme esseulée)) quand elle s'attaque à tes poumons que tu sentirais presque brûler ((ou est-ce juste la suffocation)) si terrible qui rend la terre plus belle et euphorique à la faire tourner plus vite, te forçant à poser main à terre car avec la vitesse rien ne tourne plus très rond
l'impression de t'émietter
tomber en minces morceaux que ton crâne continue de piétiner - ce qui était un murmure est un cri ce qui était une brise est une tempête ce qui était un rire est une plainte d'agonie ((distordue)) si triste qu'il a l'air dans ton regard embué de larmes
des excuses, lointaines
qui chantent sur les plaines
les fleurs si jolies
les amours sans amants en dépit
le cœur qui se serre
la voix qui t'enserre
un nom au loin
un nom serein
un cauchemar
dont tu ne peux plus te défaire
pas même quand la réalité te rattrape, quand ton cœur se brise sous les doigts des anges qui le compriment pour recracher ta peine sur tes joues ((tu tentes pourtant)) de ne rien montrer de ne pas réagir à une simple mauvaise expérience sensorielle mais ça roule dans une jolie valse ((dansez dansez oui dansez)) sur ta délicate peau couleur de lait ;
une voix
une autre, encore qui se mélange à la peine et aux images brûlées - ton visage qui se redresse vers le ciel gris prêt à t'accompagner dans tes pleurs ((est-ce les déesses tu ne sais trop)) non rien que la mort qui te supplante, de toute sa hauteur sur son douillé nid perchée - qu'elle est belle la mort ((séduisante oui)) évidemment il faut bien pouvoir attirer le vivant - s'y mélanger à s'y méprendre pour mieux lui ôter un dernier souffle
ta voix
à toi, elle a du mal à sortir ((elle s'assassine)) dans le fond de ta gorge sur deux respirations et un sanglot mais tu fais des efforts ((toujours)) à quoi bon au final quand tout se répète
e n c o r e
mais tu t'acharnes, toujours, t'asseyant plus décemment sans sentir le feu sous tes pieds qui saignent par la marche ou ta si jolie robe abîmée ((la peine)) encore au cœur et le cerveau prêt à éclater qui êtes-vous ? c'était faible et pourtant audible et tu pourrais presque entendre en toi cette dernière supplique pleine de ce bon sens que tu n'as plus
fuis
fuis
jolie blasphémie
ou la mort sera ton seul
r é p i t
 
Revenir en haut Aller en bas
      
Ceux qui défient les Dieux
avatar
informations :
crédit : kaylee davis
▬ TRACE : oubliée
▬ ÂGE : cent-huit ans
▬ PROTECTEUR : diyu
▬ HÉRITAGE : réminiscence _ elle n'existe que quand elle est là
▬ LIENS : début & fin

st jude astérion _ berceuse theo _ heart bless
▬ CRÉDIT : reine ♥
Migraine Ceux qui défient les Dieux
 
20/5/2017, 23:54Voir le profil de l'utilisateur
 
elle voit ses yeux perdus, migraine. elle sait ce que ça veut dire ; elle les a déjà vu, elle les verra encore sûrement.
elle entend sa voix qui ne veut pas sortir, migraine. elle sait ce que ça fait ; elle avait l'habitude de s'étouffer aussi mais blasphème, c'est comme si elle voulait sentir la brûlure du manque d'oxygène et la noyade du surplus quand il revient.
elle ne sait pas si sa tête lui rappelle quelque chose ou non. si elle a peur, si elle ne sait pas -peut-être qu'elle n'y pense même pas. sûrement.
c'est trop demander à migraine, que de ce décider. c'est trop d'affection pour l'affection qu'elle prétend avoir pour les autres. c'est trop de déjà-vu, et trop d'oublis.
c'est beau dans un sens -un oubli dans un oubli ; quand on efface ce qui a déjà effacé pour être sûr de ne jamais s'en rappeler. brûler des bouts de papier après les avoir découpé, enterrer un corps après l'avoir tué, vendre son appartement après avoir refait la décoration. on assassine des faits, des gens, des souvenirs. ça n'a jamais posé de problème à personne.
alors pourquoi devrait-elle s'en faire, après tout.
elle essaie de s'asseoir, le blasphème, mais elle ne se perche pas comme l'ombre noire -elle plane, l'autre, en habits de vautour, et elle trempe ses pieds dans l'eau. elle est glacée, ou du moins elle le paraît, et elle dérange la vie qui s'y trouve sans l'ombre d'un remord. c'est une bonne question. elle n'a pas l'intention de répondre, migraine. elle n'aime pas ces questions. elle aime encore moins les réponses qu'elle peut donner -parce qu'elles sont toutes vraies mais fausses, et elles ont ces saveurs d'inachevées qui la font vomir d'autres mots pour essayer de tout rectifier. ça ne fonctionne jamais. toi, qui crois-tu être ? et elle ne demande pas qui elle est parce que oh, ce n'est pas à leur portée.
 
Revenir en haut Aller en bas
   
 
        
         
      
 Sujets similaires
-
 
  » raketa open heart (avec deux photos odieusement pillées à Alexandr2 du forum watch.ru)
  » Angel Heart
  » jose gonzalez-heart beats
  » Flygon Heart
  » George Coleman & Ahmad Jamal - My foolish heart